Accueil > 1929, 2008 : Différences et ressemblances
1929, 2008 : Différences et ressemblances
ACDEFI - 17 octobre 2008

Au fur et à mesure que la crise perdure (elle a commencé lors de l'été 2007), les observateurs avertis commencent à la comparer à la crise de 1929. Qu'en est-il exactement ?

 Il est vrai que la crise de 1929 a été également mondiale, après avoir trouvé son origine aux Etats-Unis, déclenchée par une spéculation boursière s'appuyant sur un crédit bancaire abondant et une économie florissante, en partie artificiellement, car prolongeant la période de reconstruction qui avait suivi la première guerre mondiale. L'inversion des anticipations à la suite du « jeudi noir » (24 octobre 1929) entraîna un effondrement boursier, comme en 2008, mais dans des proportions encore plus importantes. Toutefois, en 1929, le déclencheur fut bien une surélévation de la valeur des entreprises cotées en bourse, alors qu'en 2008, les PER d'avant la crise n'étaient pas excessifs (aux alentours de 15). Le déclencheur de celle-ci, c'est bien l'immobilier américain, surévalué et financé d'une façon excessive.

Si les causes sont différentes, le déroulement des crises de 1929 et 2008 présentent des similitudes. Elles se sont toutes les deux propagées mondialement, des Etats-Unis vers l'Europe et ensuite, vers les pays émergents. Compte-tenu de l'accélération des transactions et l'intensification de l'interdépendance des économies, cette propagation est plus rapide aujourd'hui (6 mois) qu'en 1929 (3 ans). Autre point commun : la contagion de la crise financière à l'économie réelle, à travers deux phénomènes : la raréfaction du crédit et la chute du pouvoir d'achat (renforcée par un « effet de richesse » négatif : les pertes boursières).

 Par contre, les modes de traitement de la crise sont différents.

En 1929, les Etats avaient laissé faire le marché, restant donc passifs devant la spirale de la récession. Il faudra en effet attendre 4 ans, avant que Franklin Roosevelt, élu en 1932, mette en œuvre des réformes (New Deal) et règlemente le secteur bancaire américain (Glass-Steagall Act et Mc Fadden Act). Aujourd'hui, les gouvernements sont plus réactifs, comme en témoignent le « package fédéral » de 700 milliards de dollars aux Etats-Unis et les plans d'action extensifs mis en place par les pays européens.

De ce fait, on peut espérer une sortie de crise plus rapide (d'ici 2 ans) et moins douloureuse : la crise de 1929, en plongeant l'Allemagne de Weimar dans le chaos (hyperinflation et chômage de masse), a permis l'avènement d'Hitler et ultérieurement, a déclenché la seconde guerre mondiale. Aujourd'hui, la croissance mondiale reste encore largement positive, grâce aux pays émergents, et devrait rester supérieure à 2% dans les deux années qui viennent, et cela d'autant plus que les prix des matières premières et du pétrole vont baisser, entrainant aussi une baisse de l'inflation et donc des taux d'intérêt.

Certes, la crise de 2008 sera plus longue et plus profonde que prévu, au départ. Mais nous ne sommes pas en 1929 et l'on peut trouver dans cette constatation des motifs d'optimiste.

 

                                                                                                       Bernard MAROIS

                                                                                                       Président

                                                                                                       Club Finance HEC        

Les analyses hebdomadaires
On m'accuse parfois d'excès de pessimisme. Dernièrement, un investisseur m’a même qualifié de « cygne noir ». Même si je suis aguerri face aux critiques, je dois avouer que je ne suis pas insensible à ce type de jugement, pour la simple raison que je suis tout sauf pessimiste. En fait, bien loin de ce vrai défaut, je suis un optimiste acharné. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle, en dépit des déboires de l'économie française et du manque de courage des dirigeants hexagonaux depuis des années, je continue de préconiser, notamment dans mes deux derniers livres « Guérir la France La thérapie de choc » et « La fin d'un monde », des recettes pour sortir notre « douce France » de l'ornière économique et sociétale. Pour autant, si je refuse de céder au pessimisme maladif et au « déclinisme », je me dois et nous nous devons collectivement d'être réalistes. C'est dans ce cadre que je m'impose de dire la vérité et d'analyser les chiffres de l'économie française et l’évolution des marchés financiers avec honnêteté et impartialité. Autrement dit, j’ai toujours refusé de devenir un pessimiste invétéré et d’être considéré comme tel. En revanche, quelles que soient les pressions, je continue et continuerai de dire la vérité. Ainsi, en dépit de l’euphorie ambiante qui voudrait que la France va très vite retrouver la croissance forte et que les marchés boursiers vont encore flamber, je dois vous mettre en garde contre la forte probabilité de déceptions face à ces espoirs. Et ce d'autant que les risques extra-économiques sont nombreux : dangers géopolitiques et militaires, notamment en Corée du Nord et au Moyen-Orient, menace de destitution du Président Trump, risques d'attentats et de désordres sociaux un peu partout en Europe, sans oublier les sempiternelles crises grecques, mais aussi les risques bancaires en Chine et à travers le monde, qui sont, pour l’instant enfouis dans l’inconscient collectif mais qui demeurent incandescents. Dans ce cadre, je maintiens ma prévision d’une baisse d’au moins 15 % des grands indices boursiers dans les six prochains mois, avec une croissance économique d’au mieux 3,3 % pour la planète et d’environ 1 % pour la France. Croyez-moi, j'aimerais vraiment annoncer de meilleures nouvelles pour l'économie française et pour l’avenir des marchés financiers, mais je ne suis pas magicien. Je me contente simplement de dire la vérité et d'établir mes prévisions sur la base de la réalité économique...