Accueil > 1929, 2008 : Différences et ressemblances
1929, 2008 : Différences et ressemblances
ACDEFI - 17 octobre 2008

Au fur et à mesure que la crise perdure (elle a commencé lors de l'été 2007), les observateurs avertis commencent à la comparer à la crise de 1929. Qu'en est-il exactement ?

 Il est vrai que la crise de 1929 a été également mondiale, après avoir trouvé son origine aux Etats-Unis, déclenchée par une spéculation boursière s'appuyant sur un crédit bancaire abondant et une économie florissante, en partie artificiellement, car prolongeant la période de reconstruction qui avait suivi la première guerre mondiale. L'inversion des anticipations à la suite du « jeudi noir » (24 octobre 1929) entraîna un effondrement boursier, comme en 2008, mais dans des proportions encore plus importantes. Toutefois, en 1929, le déclencheur fut bien une surélévation de la valeur des entreprises cotées en bourse, alors qu'en 2008, les PER d'avant la crise n'étaient pas excessifs (aux alentours de 15). Le déclencheur de celle-ci, c'est bien l'immobilier américain, surévalué et financé d'une façon excessive.

Si les causes sont différentes, le déroulement des crises de 1929 et 2008 présentent des similitudes. Elles se sont toutes les deux propagées mondialement, des Etats-Unis vers l'Europe et ensuite, vers les pays émergents. Compte-tenu de l'accélération des transactions et l'intensification de l'interdépendance des économies, cette propagation est plus rapide aujourd'hui (6 mois) qu'en 1929 (3 ans). Autre point commun : la contagion de la crise financière à l'économie réelle, à travers deux phénomènes : la raréfaction du crédit et la chute du pouvoir d'achat (renforcée par un « effet de richesse » négatif : les pertes boursières).

 Par contre, les modes de traitement de la crise sont différents.

En 1929, les Etats avaient laissé faire le marché, restant donc passifs devant la spirale de la récession. Il faudra en effet attendre 4 ans, avant que Franklin Roosevelt, élu en 1932, mette en œuvre des réformes (New Deal) et règlemente le secteur bancaire américain (Glass-Steagall Act et Mc Fadden Act). Aujourd'hui, les gouvernements sont plus réactifs, comme en témoignent le « package fédéral » de 700 milliards de dollars aux Etats-Unis et les plans d'action extensifs mis en place par les pays européens.

De ce fait, on peut espérer une sortie de crise plus rapide (d'ici 2 ans) et moins douloureuse : la crise de 1929, en plongeant l'Allemagne de Weimar dans le chaos (hyperinflation et chômage de masse), a permis l'avènement d'Hitler et ultérieurement, a déclenché la seconde guerre mondiale. Aujourd'hui, la croissance mondiale reste encore largement positive, grâce aux pays émergents, et devrait rester supérieure à 2% dans les deux années qui viennent, et cela d'autant plus que les prix des matières premières et du pétrole vont baisser, entrainant aussi une baisse de l'inflation et donc des taux d'intérêt.

Certes, la crise de 2008 sera plus longue et plus profonde que prévu, au départ. Mais nous ne sommes pas en 1929 et l'on peut trouver dans cette constatation des motifs d'optimiste.

 

                                                                                                       Bernard MAROIS

                                                                                                       Président

                                                                                                       Club Finance HEC        

Les analyses hebdomadaires
Les derniers résultats publiés par la plupart des banques européennes et occidentales au sens large sont particulièrement bons. Pourtant, la récente faillite de Banco Popular en Espagne et son rachat par Santander pour 1 euro symbolique, mais aussi les difficultés aggravées de certaines banques italiennes, sans oublier les 200 milliards d’euros de créances douteuses qui affecteraient encore l’ensemble du système bancaire transalpin nous rappellent que le panorama bancaire européen est loin d’être parfait. En effet, à cause de conditions réglementaires de plus en plus contraignantes, mais aussi de taux d’intérêt obligataires beaucoup trop bas, les banques européennes demeurent fragiles. Pire, avec la concurrence des financements alternatifs, elles sont menacées jusqu’à leur existence même. A tel point que certains, et notamment au sein de la Commission européenne, n’hésitent plus à mettre en garde contre de multiples faillites bancaires au cours des trimestres à venir dans l’ensemble de l’Union. Certes, nous sommes encore loin du marasme qui a suivi la crise des subprimes de 2007 et qui a atteint son paroxysme avec la faillite de Lehman Brothers en 2008. Cependant, ce retour en force des vieux démons de la crise bancaire rappelle que le système bancaire et financier eurolandais reste menacé, notamment par une nouvelle phase d’aggravation des créances douteuses qui pourrait voir le jour dans les prochains trimestres. Après avoir dû constituer des provisions pour créances douteuses du secteur privé, les banques italiennes, françaises, européennes, et mondiales pourraient bien devoir rééditer l’opération, mais, cette fois-ci, pour des créances accordées au secteur public, qu’il s’agisse des obligations d’Etat ou des crédits accordés aux collectivités locales. Or, un tel scénario n’est pour l’instant pas vraiment intégré dans les « stress tests » de la BCE. Sans parler des risques sur les pays émergents et sur la situation géopolitique mondiale. Voilà pourquoi, et même si les banques européennes ont réduit leurs activités dangereuses (et notamment le « property trading », c’est-à-dire la spéculation avec leurs fonds propres) et bénéficient encore d’une politique monétaire extrêmement accommodante, elles restent toujours menacées par une croissance économique trop faible, une dette publique trop élevée et un risque de remontée massive des taux d’intérêt des obligations d’Etat. En conclusion, même si, pour l’instant, la situation apparaît sous contrôle, la probabilité d’une nouvelle crise bancaire demeure élevée. Ce qui signifie qu’après cinq belles années en termes de profits et de valorisation boursière, les banques européennes pourraient connaître quelques trimestres difficiles. En attendant des jours meilleurs… en 2019.
A suivre du 21 au 25 août :
- Mardi 22, 11h (heure de Paris) : les indices ZEW de sentiment économique baissent nettement en Allemagne et dans la zone euro.
- Mercredi 23, 2h30 : l’indice Nikkei PMI des directeurs d'achat dans l'industrie manufacturière japonaise régresse notablement.
- Mercredi 23, 9h : les indices Markit PMI dans l'industrie manufacturière et dans les services reculent nettement dans l’Hexagone.
- Mercredi 23, 9h30 : les indices Markit PMI dans l'industrie manufacturière et dans les services baissent également en Allemagne.
- Mercredi 23, 10h : même punition pour les indices Markit PMI dans l'industrie manufacturière et dans les services dans l’ensemble de la zone euro.
- Mercredi 23, 15h45 : idem pour les indices Markit PMI des directeurs d'achat dans l'industrie manufacturière et dans les services aux Etats-Unis.
- Mercredi 23, 16h : la confiance des ménages dans la zone euro repart à la baisse.
- Jeudi 24, 8h45 : l’indice INSEE du climat des affaires perd deux points.
- Jeudi 24, 10h30 : confirmation de la petite croissance du PIB britannique au deuxième trimestre.
- Jeudi 24, 18h : le chômage repart à la hausse en France.
- Vendredi 25, 1h30 : l’inflation japonaise se stabilise à 0,4 %.
- Vendredi 25, 8h : confirmation de la croissance allemande de 0,6 % au deuxième trimestre.
- Vendredi 25 : nouveau recul de l’indice INSEE de confiance des ménages français.
- Vendredi 25, 10h : l’indice IFO du climat des affaires outre-Rhin retrouve le chemin de la baisse.
- Vendredi 25, 14h30 : forte baisse corrective des commandes de biens durables aux Etats-Unis.