Accueil > Biographie de Marc Touati
Biographie de Marc Touati
ACDEFI - 20 mars 2012

 

Marc Touati, né le 30 août 1970, est Président Fondateur du cabinet ACDEFI (Aux Commandes De l'Economie et de la Finance). Créé le 19 juin 2007, il s'agit du premier cabinet de conseil et de formation économique et financier indépendant au service des entreprises et des professionnels. Fort de plus de 1 000 clients, ACDEFI est devenu une référence en France et en Europe.

En mars 2012, il publie son quatrième livre « Quand la zone euro explosera… » aux Editions du Moment, l'un des best-sellers de l'année en matière de livres économiques.

En février 2009, son troisième livre « Krach, boom… et demain ? » Pour enfin comprendre la crise et l'économie mondiale aux Editions Dunod s'est vendu à près de 15 000 exemplaires.

Depuis 2007, il est aussi expert APM – Progrès du Management et dispense ainsi des conférences pour les chefs d'entreprise adhérents à l'APM à travers la France et l'Europe.

Depuis 2001, il est maître de conférences à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris et dispense des enseignements à l'Institut de Haute Finance, ainsi que dans plusieurs Universités et Grandes Ecoles.

De juin 1997 à janvier 2007, il a été directeur de la recherche économique et financière des groupes Banques Populaires et Natixis.

De janvier 2008 à juin 2012, il a été Directeur Général chargé de la Recherche Economique et Financière de Global Equities.

 

Titulaire du DEA Monnaie, Finance, Banque de l'Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, il a commencé sa carrière professionnelle en tant qu'enseignant-chercheur dès 1994 au sein de cette même Université.

En janvier 1995, il rejoint les Etudes Economiques des Banques Populaires et en prend la direction à partir de l'été 1997. En mars 2000, il sort son premier livre, intitulé « Le retour du plein-emploi une nouvelle révolution française », écrit en collaboration avec Pierre Alexandre, journaliste économique de LCI. De 2000 à 2007, il a été membre du groupe technique de la Commission des Comptes et Budgets Economiques. Il est également  membre du Club Ulysse qui réunit des économistes, sociologues et historiens. En 2002, il a ainsi participé à l'écriture du livre « Le Politique saisi par l'Economie ».

Depuis 2000, il figure dans le Who's who in France.

Outre ses interventions régulières en salle des marchés, Marc Touati se déplace souvent à Paris, dans toute la France, ainsi qu'à l'étranger, pour faire des présentations économiques aux clients et collaborateurs des entreprises et institutions financières françaises et internationales (environ 150 conférences par an).

Au cours de ces quinze dernières années, il a également été le rédacteur en chef de nombreuses publications (« La Lettre des Etudes Economiques », « Croissances émergentes », « Economie et Marchés »). Aujourd'hui, il est le rédacteur en chef des publications d'ACDEFI (« Economie et Stratégie »,…) et rédige plusieurs chroniques dans différents quotidiens et magazines.

Enfin, il intervient fréquemment dans les médias (presse, radio, TV, Internet) pour livrer son analyse et donner des réactions à chaud (environ 300 citations ou interviews par mois).

La réputation de Marc Touati tient dans la pertinence de ses analyses et de ses projections, ainsi que dans le caractère pédagogique de ses présentations orales.

 

 

Les analyses hebdomadaires
Un vent d’euphorie semble souffler sur la zone euro et sur la France depuis quelques semaines. Selon certains prévisionnistes, notamment ceux des organes officiels que sont la Commission européenne et l’INSEE, l’UEM et la France auraient d’ores et déjà retrouvé le chemin de la croissance forte, qui pourrait même avoisiner les 2,5 % dès 2018. A l’évidence, la réalisation d’une telle conjecture ne pourrait que nous faire plaisir. Seulement voilà : en économie, la magie n’existe pas. Autrement dit, pour pouvoir atteindre une croissance durable de 2,5 %, il faut un certain nombre d’ingrédients dont la France et la zone euro ne disposent pas pour le moment. Certes, la faiblesse des cours du pétrole et des matières premières au sens large, le caractère extrêmement accommodant de la politique de la BCE ou encore le maintien des taux d’intérêt obligataires sur des niveaux exagérément bas ont aidé et aideront encore la croissance économique. Pour autant, il s’agit là de conditions nécessaires mais pas suffisantes pour permettre à cette dernière d’atteindre 2,5 %. D’ailleurs, d’autres éléments conjoncturels agissent déjà à la baisse sur la dynamique économique : le ralentissement dans la plupart des pays émergents, Chine et Inde en tête, la remontée de l’euro, notamment face au dollar, ou encore les incertitudes géopolitiques internationales. Mais au-delà de ces évolutions conjoncturelles, certes non négligeables, le vrai handicap de la zone euro et plus particulièrement de la France, réside dans la faiblesse de leur croissance structurelle. Aussi, pour parvenir à ce niveau de 2,5 %, il faut engager de profondes réformes structurelles sur la fiscalité, le marché du travail ou encore le financement de l’économie, qui n’ont toujours pas été menées, en particulier en France. Autrement dit, ce ne sont pas quelques évolutions conjoncturelles favorables qui permettront de masquer les faiblesses structurelles de l’économie française. Dans ce cadre, nous sommes contraints de confirmer notre prévision d’une croissance française d’environ 1,3 % tant en 2017 qu’en 2018. Quant à l’atteinte durable des 2,5 %, elle ne sera possible qu’après la modernisation de l’économie française et donc, dans le meilleur des cas, pas avant 2020. Certes, mieux vaut tard que jamais. La question reste néanmoins de savoir si la population et les entreprises françaises auront la force d’attendre…