Accueil > Economic World > Faut-il de nouveau s'inquiéter pour la Chine et les émergents ?
Faut-il de nouveau s'inquiéter pour la Chine et les émergents ?
ACDEFI - 13 mars 2017

L'information est presque passée inaperçue sur les marchés, mais elle vaut le détour : le Premier ministre chinois Li Keqiang a annoncé une révision à la baisse de l'objectif de croissance de la Chine en 2017. Ses termes sont on ne peut plus clairs : « nous attendons une croissance d'environ 6,5%, même si nous nous efforcerons de faire mieux ».

Ce sera donc 0,2 point de moins qu'en 2016 (qui était déjà un plus bas depuis 26 ans) et nettement moins que les 7 % annoncés jusqu'à présent.

Confirmant ce nouveau ralentissement, la balance commerciale chinoise de février a également réservé une mauvaise surprise.

Et pour cause : après avoir dégagé un excédent de 51,53 milliards de dollars en janvier, la Chine a enregistré un déficit de 9,15 milliards de dollars le mois suivant.

 

Commerce extérieur chinois : déficit mensuel et plongeon de l'excédent annuel.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : NBSC, ACDEFI

 

Certes, les contre-performances du commerce extérieur chinois sont habituelles en février. En effet, compte tenu de la fermeture des usines pendant les festivités du nouvel an, les exportations ont tendance à chuter, tandis que les importations flambent eu égard à l'augmentation traditionnelle de la consommation.

Pour autant, il s'agit du premier déficit commercial depuis février 2014. De plus, après un mois de janvier de répit, le glissement annuel des exportations est reparti à la baisse (en l'occurrence -1,3 %), tandis que celui des importations a flambé à 38,1 %, un plus haut depuis février 2012.

Conséquence logique de ces évolutions, l'excédent commercial sur douze mois a continué de s'effondrer. Il atteint désormais 496,55 milliards de dollars, soit 41,8 milliards de moins que le mois précédent et 120,2 milliards de moins que le sommet d'avril 2016.

Pour retrouver un niveau inférieur, il faut remonter à mars 2015. De quoi confirmer que la dépréciation récente du yuan a pour l'instant jouer négativement sur la valorisation des échanges extérieurs, à la baisse sur les exportations et à la hausse sur les importations. C'est ce que l'on appelle la courbe J. Il faudra donc encore attendre pour bénéficier de la fin du « J », c'est-à-dire la remontée des exportations rendues moins chères par la dépréciation du yuan et l'affaiblissement des importations.

 

La dépréciation du yuan n'a pas encore agi positivement sur le commerce extérieur.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : NBSC, ACDEFI

 

De telles évolutions rappellent néanmoins que les Chinois ne sont pas près d'arrêter et a fortiori d'inverser la dépréciation du yuan, comme le demandent les Occidentaux.

 

Les indicateurs avancés restent bons.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : NBSC, Caixin, ACDEFI

 

Pour autant, en dépit de ce petit « tour d'air », les indicateurs avancés de la croissance chinoises demeurent bien orientés. Les indices Caixin des directeurs d'achat de février (51,7 dans l'industrie et 52,6 dans les services) indiquent même que la croissance chinoise pourrait revenir assez rapidement vers les 7 %.

D'où une interrogation : les Chinois ne seraient-ils pas en train de noircir excessivement le tableau juste pour permettre de maintenir le yuan à un niveau exagérément bas ? Cela semble fort probable et confirme que la Chine continue d'utiliser la meilleure arme protectionniste : la sous-évaluation de sa devise.

Autrement dit, malgré les annonces du gouvernement chinois, nous continuons d'anticiper que la croissance de l'Empire du milieu restera soutenue et avoisinera les 7 % sur l'ensemble de l'année 2017.

Même son de cloche pour l'économie indienne. En effet, après avoir pâti fin 2016 de la démonétisation des billets de 500 et 1000 roupies, celle-ci est déjà en train de redémarrer.

 

L'économie indienne reprend de belles couleurs.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Nikkei, ACDEFI

 

Il faut d'ailleurs noter que malgré ce « couac technique », le glissement annuel du PIB indien a certes reculé au quatrième trimestre 2016 à un plus bas depuis le premier trimestre 2015, mais a tout de même atteint 7 %.

Encore mieux, les indices Nikkei des directeurs d'achat ont continué de progresser en février. Dans les services, après un plongeon spectaculaire à 46,7 en novembre 2016, l'indice PMI a rebondi à 50,3 en février. Dans l'industrie, il est passé d'un plus bas de 49,6 en décembre à désormais 50,7.

Si l'économie indienne reste convalescente, elle confirme néanmoins que ses structures sont solides et que sa croissance devrait se stabiliser autour des 7 % sur l'ensemble de l'année 2017.

Après la résistance de la Chine, le rebond de l'Inde, il ne manque donc plus que le retour de la croissance au Brésil. Et là aussi, la rédemption est proche. Certes, les indices Markit des directeurs d'achat demeurent sous la barre des 50. Mais en quelques mois, ils ont gagné 5 points dans l'industrie et quasiment 10 points dans les services. Dès lors, si la récession est toujours là, elle devrait bien disparaître d'ici la fin 2017.

 

Le Brésil entrevoie enfin le bout du tunnel.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : IBGE, Markit, ACDEFI

A l'échelle planétaire, l'amélioration est aussi au rendez-vous. En effet, si une dizaine de pays restent encore dans la récession industrielle (contre plus d'une vingtaine il y a six mois), celle-ci s'estompe progressivement un peu partout.

 

L'indice « Monde » au plus haut depuis 69 mois.

Pour visualiser le tableau, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Markit, ACDEFI

 

En février, l'indice « Monde » des directeurs d'achat a d'ailleurs encore progressé à 52,9, un plus haut depuis 69 mois.

En conclusion, nous confirmons notre prévision d'une croissance mondiale de 3,3 % en 2017. Ce qui restera inférieur de 0,2 point à sa moyenne depuis 1980, mais néanmoins toujours très appréciable.

Marc Touati

Les analyses hebdomadaires
Comme nous l’espérions la semaine dernière dans ces mêmes colonnes, le pire a bien été évité lors des élections présidentielles françaises. En effet, le duel « Le Pen - Mélenchon », un temps craint pour le deuxième tour n’aura pas lieu. Ouf ! Certes, le scénario idéal « Macron - Fillon », qui aurait pu déboucher sur un vrai débat d’idées, digne de la sixième puissance économique mondiale, ne se produira pas non plus. Nous aurons donc droit à un duel « Macron - Le Pen », qui, compte tenu de la nette avance de l’ancien ministre de l’économie sur la patronne du Front national lors du premier tour, a rassuré les marchés. Pariant également sur le traditionnel front républicain pour éviter toute mauvaise surprise, ces derniers ont même flambé dans un premier temps. Sur la seule journée du lundi 24 avril, le Cac 40 a ainsi progressé de 4,1 %. Pour autant, comme cela était également très prévisible, le soufflé est très vite retombé. Et pour cause : les exemples du Brexit et de la victoire de Donald Trump nous ont montré qu’il ne fallait surtout pas aller trop vite en besogne. D’ores et déjà les résultats du premier tour des présidentielles françaises sont loin d’être aussi euphoriques qu’ils pourraient apparaître. Tout d’abord, parce qu’environ 50 % des votes se sont portés sur des partis anti-européens, voire pro-Frexit. Encore plus inquiétant, bien loin de la mobilisation qui avait suivi le choc du 21 avril 2002 et finalement consacré une nette victoire de Jacques Chirac sur Jean-Marie Le Pen au second tour, la fille de ce dernier semble faire jeu égal avec le fils spirituel de François Hollande. Pourtant, pour tout esprit normalement constitué, il ne devrait pas y avoir d’équivoque : mieux vaut « Hollande-bis » que le « trou noir » ! Et attention, si Marine Le Pen réussit à passer la barre des 40 %, l’image internationale de la France risque d’en prendre un sacré coup et pour longtemps. Pour éviter d’en arriver là, il serait donc grand temps que les dirigeants politiques français se mobilisent et aussi qu’Emmanuel Macron muscle son discours et son programme...
A suivre du 24 au 28 avril :
- Lundi 24, 10h (heure de Paris) : l’indice IFO du climat des affaires baisse légèrement outre-Rhin, tout en restant à un niveau élevé.
- Mardi 25, 8h45 : les indices INSEE du climat des affaires dans l’industrie et dans l’ensemble des secteurs régressent nettement dans l’Hexagone.
- Mardi 25, 16h : repli modéré de l’indice du Conference Board de confiance des ménages américains, qui se maintient à un niveau très élevé.
- Mercredi 26, 8h45 : l’indice INSEE de confiance des ménages en France perd un point.
- Mercredi 26, 18h : le chômage français augmente légèrement.
- Jeudi 27, 4h : la Banque du Japon maintient son taux de base à - 0,1 %.
- Jeudi 27, 8h : léger repli de l’indice GfK de confiance des consommateurs en Allemagne.
- Jeudi 27, 11h : petite baisse de l’indice de sentiment économique dans la zone euro.
- Jeudi 27, 13h45 : la BCE maintient son taux refi à 0,0 %.
- Jeudi 27, 14h : l’inflation allemande remonte à 1,9 %.
- Jeudi 27, 14h30 : baisse corrective des commandes de biens durables aux Etats-Unis.
- Jeudi 27, 14h30 : quasi-stabilisation du déficit de la balance des marchandises aux Etats-Unis.
- Vendredi 28, 1h30 : l’inflation stagne à 0,3 % au Japon.
- Vendredi 28, 1h30 : le taux de chômage japonais se stabilise à 2,8 %.
- Vendredi 28, 7h30 : le glissement annuel du PIB français retombe à 0,7 % au premier trimestre 2017.
- Vendredi 28, 8h45 : rebond correctif de la consommation des ménages, qui reste très fragile.
- Vendredi 28, 8h45 : l’inflation recule à 1,1 % en France.
- Vendredi 28, 10h30 : la croissance britannique se stabilise à 1,9 % au premier trimestre 2017.
- Vendredi 28, 11h : l’inflation se maintient à 1,5 % dans la zone euro.
- Vendredi 28, 14h30 : la croissance américaine avoisine les 2,5 % au premier trimestre 2017, soit 2,3 % en glissement annuel.
- Vendredi 28, 16h : confirmation de la nette augmentation de l’indice Reuters/Université du Michigan de confiance des consommateurs.