Chaque lundi, retrouvez la chronique hebdomadaire de Marc Touati
France : les ennuis recommencent... 19/06
Marchés : entre craintes et espoirs... 13/06
Toutes les vidéos
"Quand la zone euro explosera..."
L'un des best-sellers des livres économiques en 2013
Le premier livre a avoir prévu la sortie de la récession dès février 2009
Plus de 15 000 exemplaires vendus
Merci aux 12500 signataires de la
petition pour une BCE responsable
Malheureusement, le combat continue...
Cliquez pour consulter la plaquette du cabinet ACDEFI
L'humeur de la semaine - 25 août 2016
La sphère médiatico-politique française est décidément impressionnante : alors que la France est touchée par une vague terroriste meurtrière sans précédent, que son secteur du tourisme s’effondre comme jamais et que son économie au sens large est sur le point de retomber en récession, les médias, les politiques et une (trop) grande partie de la société française n’ont qu’un mot à la bouche : burkini. A croire qu’il s’agira là de la clé des prochaines élections présidentielles. De quoi rappeler la veille blague qui apparaît malheureusement de plus en plus vraie : « Pourquoi les Français ont-ils choisi le coq comme emblème ? C’est le seul animal capable de chanter les pieds dans la m…. » En fait, l’engouement pour ce type de vêtement ne s’arrête pas aux plages hexagonales. Il est effectivement ancré jusqu’au plus profond des discours et du comportement des dirigeants politiques français depuis de nombreuses années. Et pour cause : ces derniers adorent se voiler la face et utiliser tous types de voiles pour masquer la réalité à leurs concitoyens. Les chiffres du chômage de juillet, publiés le 24 août, nous en ont encore donné un exemple : le nombre de chômeurs de catégorie A a baissé de 20 000 personnes en France, mais celui des chômeurs toutes catégories a progressé de 10 900 personnes. Au total, la réalité demeure malheureusement dramatique, puisque sur l’ensemble du territoire français, on recense 3,761 millions de chômeurs de catégorie A et 6,513 millions de chômeurs toutes catégories, un nouveau record historique ! Le pire est que ce drame humain qu’est le chômage de masse est loin d’être terminé. Car, si les arrangements statistiques vont perdurer jusqu’au début 2017, les indicateurs avancés de l’activité économique française montrent que cette dernière est de nouveau en train de plonger. Et cela, même un burkini ne pourrait le cacher. Alors, comme je le défends dans mon nouveau livre « La fin d’un monde » (qui sortira le 22 septembre aux éditions « Hugo & Cie »), arrêtons de nous voiler la face. Employons-nous à faire les bons choix et à devenir des bâtisseurs qui ont compris que la fin d’un monde est avant tout le début de toutes les opportunités. Bonne rentrée à toutes à tous !
L'humeur de la semaine - 19 août 2016
La nature de l’être humain est ainsi faite (en particulier en Europe) que tant qu’il ne se retrouve pas devant le fait accompli, il ne parvient pas à admettre la réalité des menaces environnantes. Ainsi, depuis quelques années, nous n’avons cessé d’alerter sur le danger d’une ponction des comptes bancaires. Mais peu de personnes y ont cru. Et ce, en dépit des recommandations en ce sens formulées par le FMI au lendemain de la crise de 2008-2009. Des recommandations qui ont d’ailleurs été mises en pratique lors de la crise chypriote de 2013. A l’époque, en dépit de la réglementation bancaire qui interdisait la taxation unilatérale des dépôts à vue, le gouvernement chypriote, sous le haut patronage de l’Union européenne et du FMI, a tout simplement spolié une grande partie des dépôts bancaires au-delà de 100 000 euros. Plus récemment, la directive européenne relative au « redressement des banques et à la résolution de leurs défaillances » (BRRD) a enfoncé définitivement le clou. Celle-ci a d’ailleurs été transposée en France par ordonnance en toute discrétion il y a tout juste un an, le 21 août 2015, et est entrée en vigueur le 1er janvier 2016. Ainsi, depuis cette date, les comptes des clients dotés de plus de 100 000 euros de dépôts pourront être prélevés pour contribuer au sauvetage de leur banque. Enfin, parachevant cette démarche vers une spoliation organisée des comptes bancaires, la BCE a consacré un taux de dépôt négatif. Il était d’abord de - 0,1 % en juin 2014, - 0,2 % en septembre 2014, puis - 0,3 % en décembre 2015 et a ensuite été abaissé à - 0,4 % le 16 mars 2016. Cette semaine, prolongeant la route vers la spoliation des particuliers, la petite banque coopérative bavaroise, Raiffeisen Gmund, a décidé d’aller encore plus loin, en instaurant des taux d'intérêt négatifs sur les dépôts de plus de 100.000 euros de ses clients privés. La boîte de Pandore est donc définitivement grande ouverte. Il n’y a désormais plus aucune équivoque : lors de la prochaine crise financière, dans la mesure où les autorités monétaires et budgétaires du monde occidental, notamment en Europe et en particulier en France, n’ont plus de marge de manœuvre pour relancer la machine, la recommandation du FMI sera mise à exécution. En l’occurrence, taxer les dépôts bancaires et l’épargne sur livret au sens large, à hauteur de 10 % au-delà d’un certain seuil, par exemple 100 000 euros. Autrement dit, tous les ménages et les entreprises disposant de plus de 100 000 euros sur n’importe quel type de comptes bancaires se verront ponctionner 10 % de leur « surplus ». Et ce « overnight », c’est-à-dire du jour au lendemain et sans sommation...
L'humeur de la semaine - 11 août 2016
Ah ! Qu’il parait loin le temps où lorsque les Français partait à l’étranger, on les accueillait le sourire aux lèvres, en disant avec une pointe d’envie « Ah, la France quel pays formidable ! Vous en avez de la chance ! » Aujourd’hui, en fait depuis quelques trimestres, et a fortiori depuis le drame de Nice, les sourires ont été remplacés par des mines tristes et inquiètes : « Oh, you are French, we are so sad for you ! ». Et très vite, la compassion est remplacée par une forme d’inquiétude teintée de colère : « mais qu’attendez-vous pour réagir ? Que font les dirigeants du pays pour assurer votre sécurité ? » Que ce soit, en Asie, en Afrique, en Amérique latine ou aux Etats-Unis et bien sûr en Europe, telles sont les remarques régulières que les Français, et votre serviteur par la même occasion, peuvent essuyer en ce moment. Certes, comme je ne cesse de le répéter : de par ses paysages, son positionnement géographique, ses infrastructures routières, ses monuments, sa capitale et l’ensemble de ses villes et villages, la France est certainement l’un des plus beaux pays du monde ». Mais, malheureusement, ces atouts sont devenus des pièges. En effet, persuadés que grâce à ses avantages naturels et à son Histoire, la France ne pourra jamais tomber de son piédestal, de nombreux Français et quasiment tous leurs gouvernants ont refusé de voir la réalité en face et ont interdit la moindre réforme de fond. Que ce soit d’un point de vue économique, sociale, sociétale et sécuritaire. Résultat : la croissance structurelle est tombée de 2,5 % en 1980 à 0,8 % aujourd'hui. Encore plus grave, la France est touchée par une vague d'attentats sans précédents : 217 personnes assassinées et 740 blessées en seulement neuf mois… Le pire est que malgré ces horreurs (qui s’ajoutent à celles des attentats perpétrés de 2012 à 2015), aucune mesure de grande ampleur capable de stopper ce déchaînement de violences n’a été prise. Ce qui signifie que la France reste en danger et que son activité économique va encore reculer...
L'humeur de la semaine - 08 août 2016
Depuis le coup de Trafalgar du vote des Britanniques en faveur du Brexit, de (trop) nombreux analystes s’emploient à démontrer que ce choix douloureux sera très coûteux pour le Royaume-Uni, tandis qu’il devrait s’avérer bénéfique pour la zone euro. Comme nous l’avons déjà expliqué dans ces mêmes colonnes (cf. notamment nos « Humeurs » du 17 juin et du 1er juillet), ce raisonnement nous paraît amplement erroné. Certes, le Royaume-Uni va souffrir, notamment à cause de l’incertitude engendrée par le Brexit. Les dernières enquêtes Markit des directeurs d’achat dans l’industrie et les services montrent ainsi que l’activité a nettement reculé outre-Manche au cours du dernier mois. Cependant, compte tenu d’une croissance structurelle vigoureuse (environ 2,5 %), des effets bénéfiques de la dépréciation de la livre sterling et d’un « policy mix » (c’est-à-dire les politiques budgétaire et monétaire) efficace, l’économie britannique devrait finalement bien résister dans la tempête. Bien loin de cette résilience, l’économie de la zone euro continuera de pâtir de trois handicaps majeurs : une croissance structurelle moribonde (environ 0,8 %), un euro qui reste trop fort, notamment vis-à-vis de la livre sterling et, dans une moindre mesure, du dollar, sans oublier un policy mix faiblement efficace et un manque dramatique de cohésion politique.
En plus d’ébranler l’Union européenne et la construction européenne dans ses propres fondements, le Brexit pourrait donc bien rappeler que la zone euro en l’état est vouée à l’échec. C’est en cela que la décision de la Banque d’Angleterre d’abaisser son taux de base de 0,25 point à 0,25 % le 4 août dernier constitue un enjeu majeur pour le Royaume-Uni, mais aussi pour la zone euro. Car, au contraire de la BCE qui n'a pas réussi à sortir la zone euro de sa léthargie économique, la BoE pourrait bien permettre au Royaume-Uni d’éviter le funeste destin qui lui est régulièrement promis, retrouvant progressivement la voie de la croissance soutenue...
Economic World - 03 août 2016
L'humeur de la semaine - 01 août 2016
En ces temps dramatiquement troublés pour la société française, nous aurions préféré annoncer de bonnes nouvelles économiques, qui auraient éventuellement pu apaiser la situation de notre « douce France ». Malheureusement, s’il ne faut évidemment pas céder aux sirènes dévastatrices du pessimisme et du défaitisme, il demeure indispensable de rester réaliste et de dire la vérité. Ainsi, comme nous l’avions annoncé la semaine dernière dans nos prévisions hebdomadaires, le PIB français a connu une croissance zéro au cours du deuxième trimestre 2016. En fait, pour être exact, celui-ci a même baissé de 0,04 %. Après avoir exceptionnellement progressé de 0,7 % au premier trimestre 2016, le PIB national reprend donc son petit bonhomme de chemin, en l’occurrence celui de l’atonie.
Le plus inquiétant est que cette contre-performance a été réalisée en dépit de la tenue de l’Euro 2016 dans l’Hexagone, évènement qui a mécaniquement soutenu les dépenses touristiques et les dépenses de consommation dans leur ensemble.
Autrement dit, sans ce soutien artificiel et exceptionnel, le PIB français aurait nettement baissé. D’ailleurs, le détail des comptes nationaux montre combien l’économie hexagonale reste fragile. Pire, le PIB français devrait reculer d’environ 0,2 % au troisième trimestre 2016. Cela signifie donc qu’il reculera pendant deux trimestres consécutifs. En d’autres termes, comme nous l’annonçons depuis déjà quelques mois, la France est bien sur le point de retomber en récession...
L'humeur de la semaine - 14 juillet 2016
Triste hasard ou malheureuse coïncidence : que ce soit en matière de football ou de croissance, la France n’a plus rien gagné depuis 2000. De là à imaginer qu’une victoire à l’Euro 2016 aurait changé la donne de l’économie française, il y a néanmoins un fossé à ne pas traverser. Certes, en 1998-2000, tout paraissait formidable puisqu’en plus de ses exploits footballistiques, l’Hexagone retrouvait enfin le chemin de la croissance forte, après huit ans d’errance dans l’atonie économique. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : alors qu’il n’avait progressé en moyenne que de 1,4 % par an de 1991 à 1997, le PIB français a brusquement bondi de 3,6 % en 1998, puis de 3,3 % en 1999 et enfin de 4,0 % en 2000. A l’évidence, nous ne sommes pas près de retrouver de telles performances. C’est d’ailleurs ce qui a amené certains esprits étriqués à laisser croire que si la France a connu une vigueur économique si impressionnante, c’est grâce à sa victoire au Mondial 1998, puis à celle de l’Euro 2000. Dans ce cadre, certains, notamment du côté de Matignon et de l’Elysée (mais pas seulement), se sont mis à rêver à un nouveau triomphe français à l’Euro 2016, qui aurait pu faire oublier tous les échecs économiques et politiques récents, puis relancer la confiance, donc la croissance et, enfin, faire baisser fortement et durablement le chômage. Malheureusement, les Bleus ont perdu en finale, mais, n’ayons aucun regret, car si cette corrélation foot-économie peut apparaître plaisante, elle est pourtant complètement erronée. Certes, l’Euro 2016 de foot est bien tombé à pic pour occuper les esprits et monopoliser la scène médiatique pendant quelques semaines. Les buts, les cartons jaunes, les « ola » et autres coups francs ont donc pu remplacer les vicissitudes de la « Loi Travail », les blocages sociaux, ou encore la piètre crédibilité des dirigeants français en matière de restauration de la croissance et d’assainissement des comptes publics. Seulement voilà, la fête est déjà finie : et si l’arrivée des Bleus en finale reste une belle réussite, elle n’a évidemment pas effacé les réalités économiques hexagonales qui ont d’ailleurs déjà repris le dessus : croissance molle, chômage toujours élevé, déficits publics plus lourds qu’annoncé par le gouvernement, tensions sociales exacerbées,… Bref, bravo et merci les Bleus et dommage que les dirigeants politiques français restent toujours loin de vos performances…
Economic World - 11 juillet 2016
Après les craintes de la fin 2015-début 2016 sur l’état de la croissance mondiale et avant les effets négatifs du Brexit sur la stabilité économico-financière internationale, les statistiques économiques de juin ont permis de souffler un peu. Et ce, tout d’abord sur le front de l’économie chinoise. En effet, en dépit de la baisse de l’indice Caixin PMI des directeurs d’achat dans l’industrie chinoise en juin (à 48,6), l’indice correspond dans les services a surpris par sa vigueur. En juin, ce dernier a effectivement augmenté de 1,5 point, à un niveau très appréciable de 52,7, qui constitue d’ailleurs un plus haut depuis juillet 2015. Encore plus étonnant, les indicateurs avancés de l'économie américaine ont également nettement augmenté en juin. Malheureusement, bien loin de ces améliorations, les indicateurs avancés de la zone euro, et en particulier de la France, ont ralenti significativement. Si la baisse (certes légèrement amoindrie par rapport à leur première estimation) des indices Markit dans l’industrie et les services de juin étaient déjà connue, l’effondrement de l’indice Sentix de confiance des investisseurs pour juillet apparaît assez inquiétant. D’autant qu’une grande partie de l’enquête a été réalisée avant le Brexit. Et, comme d’habitude, au sein de cette mollesse économique, la France se distingue par son « excellence ». Et pour cause : que ce soit dans les services, dans l’industrie et dans l’ensemble des secteurs d’activité, l’économie française est la seule de la zone euro à apparaître en recul de l’activité selon les enquêtes Markit des directeurs d’achat.
L'humeur de la semaine - 08 juillet 2016
C’est bien connu : le malheur des uns fait le bonheur des autres. Ainsi, depuis le triste vote des Britanniques en faveur du Brexit, de plus en plus de voix s’élèvent pour soutenir que cette mauvaise nouvelle pour le Royaume-Uni et pour l’Europe sera finalement une véritable aubaine pour certains pays européens et en particulier pour la France. Selon eux, l’exit du Royaume-Uni permettrait d’attirer de nombreux investisseurs, entreprises et particuliers actuellement installés outre-Manche sur les terres françaises. Parachevant ce miroir aux alouettes, les dirigeants politiques français, qui avaient pourtant érigé la finance comme leur grand ennemi, souhaitent désormais tout faire pour inciter cette dernière à délocaliser la City à la Cité… Nous nageons donc en pleine schizophrénie. Mais peu importe, puisque ces délocalisations en tous genres devraient relancer massivement la croissance française et permettre ainsi à la France de repasser devant le Royaume-Uni en tant que cinquième puissance économique mondiale. En un mot : magnifique ! Evidemment, nous aimerions adhérer à cette prévision. Pour autant, il nous faut avant tout rester réaliste. Or, en dépit des petits cadeaux fiscaux promis aux futurs investisseurs, entreprises et particuliers étrangers qui viendraient s’installer dans notre douce France, il ne faut pas oublier que l’économie hexagonale reste l’une des plus rigides du monde, avec l’une des fiscalités les plus prohibitives, des coûts du travail parmi les plus élevés, sans oublier une croissance parmi les plus faibles du globe. Les dernières enquêtes de conjoncture l’ont encore dernièrement montré : la France est le seul pays de la zone euro dans lequel les indicateurs des directeurs d’achat indiquent une baisse de l’activité, et ce, tant dans l’industrie que dans les services. Aussi, plutôt que de laisser croire que la croissance française va sortir grandie du Brexit, il serait plus opportun de rappeler que si le Royaume-Uni pourra sortir sans trop de dégâts de l’Union européenne, il n’en sera absolument pas de même pour la France. Explications...
L'humeur de la semaine - 30 juin 2016
C’est bien connu, l’humour anglais est très particulier et pas toujours très drôle. Il a néanmoins engendré quelques comédies cinématographiques sympathiques telles que celles des Monty Pithon, Good Morning England, Johnny English, ou encore trois mariages et un enterrement. Les ingrédients sont généralement les mêmes : scénario improbable, humour décalé, héros schizophréniques et suicidaires, le tout dans un environnement plutôt glauque. Avec le Brexit, les Britanniques ont donc décidé de nous faire le même coup, mais cette fois-ci dans la vie réelle et avec des conséquences qui risquent d’être bien plus dramatiques qu’au cinéma. Le Brexit consacre effectivement quatre divorces et un enterrement. Le premier coule de source ou plutôt des urnes, puisqu’il s’agit du divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Deuxième divorce, celui qui s’observe au sein même du Royaume-Uni. Car si l’Angleterre et le Pays de Galles ont massivement voté pour le « Leave », l’Ecosse et l’Irlande du Nord se sont largement exprimées pour le Remain. Troisième divorce, celui qui s’observe entre les « jeunes » et leurs ainés. Quatrième divorce, qui s’observe lui aussi dans la plupart des pays européens, celui entre les « élites » et le « peuple ». Dès lors, en l’absence d’un vrai projet européen pour la croissance et l’emploi, les populations sont évidemment tentées de revenir en arrière, de se replier sur elles-mêmes et de dire « non » à l’Europe. D’où le triste épilogue très probable de cette comédie dramatique à l’anglaise, en l’occurrence l’enterrement de l’Union européenne. Espérons donc que, pour une fois, les dirigeants européens seront à la hauteur de la situation, sinon la comédie à l’anglaise sera certainement remplacée par un drame à la française du type « La haine »…
Economic World - 27 juin 2016
Avant même la catastrophe du Brexit, les indicateurs avancés de la conjoncture en France et dans la zone euro ont indiqué que la rechute avait déjà commencé. Au grand dam des dirigeants politiques hexagonaux. Sur ce point, il faut d’ailleurs reconnaître que depuis 2010, l’Exécutif français n’a pas lésiné sur le vocabulaire de la reprise. Ce fut d’abord « la crise est finie » employé par Nicolas Sarkozy de 2010 à 2012 et repris ensuite par François Hollande dès l’été 2012. Malheureusement, à cause d’une politique fiscale trop restrictive, la croissance est retombée à 0 % à la fin 2012 et au début 2013. Qu’à cela ne tienne, dès l’été 2013, c’était au tour de « la reprise est là » d’inonder les discours présidentiels. Une fois encore en vain. Mais ce n’est pas tout, puisque l’alignement des planètes de l’année 2015 a donné une nouvelle chance à la « reprise », permettant à notre Cher Président de lancer un nouveau slogan depuis quelques mois, en l’occurrence « ça va mieux ! ». Seulement voilà, quand la pluie s’installe et que le ciel bleu ne veut pas revenir, il n’y a pas grand-chose à faire... Ainsi, sans véritable surprise pour ceux qui suivent nos prévisions, les derniers indicateurs avancés de l’économie française ont confirmé que la petite reprise technique de la fin 2015 était déjà terminée. En effet, en dépit du surplus de dépenses liées à l’Euro 2016 et certainement à cause des blocages et des grèves en tous genres, les indices Markit des directeurs d’achat ont fortement chuté en juin. Ce qui augure d'une fin de deuxième trimestre et d'un second semestre 2017 très difficiles...
L'humeur de la semaine - 16 juin 2016
Avec le Brexit c’est un peu comme avec Donald Trump. En effet, il y a environ un an, selon la plupart des sondages, la probabilité que ce dernier emporte les primaires des Républicains était d’environ 1 %. Et pourtant ! De même, il y a encore quelques semaines, la quasi-totalité des sondages annonçaient une victoire facile du Bremain. Or, depuis quelques jours et si les jeux ne sont évidemment pas encore faits, le Brexit est donné victorieux par de plus en plus d’enquêtes d’opinion. Il faut dire que la campagne de Cameron et des pro-Europe contre le « Leave » a été catastrophique. Et pour cause : plutôt que de montrer ce que le maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne pouvait lui apporter, ceux-ci ont basé leur campagne sur un catastrophisme autant excessif qu’erroné. Les mêmes élucubrations étaient pléthore lors du refus des Britanniques d’entrer dans l’euro et il n’en a rien été. Mieux, ou plutôt pire pour les partisans de l’Euro à tous prix, le Royaume-Uni est sorti renforcé de sa non-participation à la monnaie unique. Il a par exemple pu bénéficier d’une politique monétaire extrêmement réactive et accommodante. En fait, le Brexit effectif sera certainement beaucoup plus coûteux à l’Union européenne qu’au Royaume-Uni. En effet, un tel scénario ouvrira la boîte de Pandore de l’Exit et cassera définitivement la construction européenne telle que nous la connaissons depuis l’après-guerre. Un mouvement de défiance internationale à l’égard de l’Union s’engagera alors, produisant une tempête financière particulièrement dangereuse. C’est peut-être bien là que réside le vrai enjeu du référendum britannique. A savoir, faire comprendre aux dirigeants européens que l’Europe ne fait plus rêver. Plutôt que de faire peur aux Anglais, il serait donc beaucoup plus opportun de modifier les structures économiques et politiques de l’Union et aussi de la zone euro, de manière à en faire des terres de croissance forte et de chômage faible, tout en assurant la sécurité de leurs citoyens. Sinon, quelle que soit l’issue du référendum du 23 juin, l’Union européenne et la zone euro finiront forcément par exploser.
L'humeur de la semaine - 10 juin 2016
Nous l’avons constamment souligné depuis des années, et notamment au lendemain de la crise de 2008-2009 : les crises font partie de la vie économique. Il ne faut donc pas en avoir peur mais les appréhender comme des phases de mutations et d’opportunités. De la sorte, pour les pays, les entreprises et les particuliers qui ont réussi à les affronter comme telles, elles leur permettent d’en sortir gagnants et même renforcés. Comme disait Friedrich Nietzsche « ce qui ne me tue pas me rend plus fort ». Mais attention, cette réussite suppose deux conditions sine qua non. D’une part, savoir tirer les leçons des erreurs passées pour ne pas les rééditer. D’autre part, posséder une capacité d’adaptation à toute épreuve. C’est d’ailleurs là que résident les principales forces du système capitaliste depuis le XVIIème siècle et plus globalement de l’homo-economicus. A l’inverse, si le dogmatisme et le refus des réformes priment, l’échec est au bout du chemin. Par exemple, il faut savoir admettre que les stratégies économiques focalisées sur l’augmentation des dépenses publiques sont aujourd’hui vouées à l’échec. Continuer de le nier (comme trop de dirigeants politiques le font encore en France) ne produira que de l’inefficacité économique et sociale, ainsi que de graves déceptions qui ne feront qu’accroître les tensions sociétales. Les dernières tristes semaines nous l’ont malheureusement confirmé. C’est en cela que la résilience récente de l’économie française ne peut être que temporaire. En effet, le rebond de croissance de ces derniers trimestres n’est qu’un effet de correction de la faiblesse passée, associé à un alignement des planètes exceptionnel. A présent que les planètes se désalignent (notamment via l’augmentation des cours des matières premières et de l’euro), la réalité structurelle va reprendre le dessus : trop de pression fiscale, trop de rigidités, un manque criant de modernisation du modèle économique et social hexagonal. Autant de handicaps qui engendreront un net ralentissement de la croissance française d’ici la fin 2016.
L'humeur de la semaine - 03 juin 2016
Qui aurait aujourd’hui l’idée saugrenue d’essayer de lire une cassette VHS sur un lecteur DVD ? Qui pourrait encore songer à tenter de recharger son i-phone avec un câble Nokia de la fin des années 1990 ? Certainement pas grand monde. C’est pourtant exactement ce que font certains syndicalistes français lorsqu’ils refusent la moindre modernisation de l’économie nationale et préfèrent lui opposer des grèves destructrices. Selon eux, la « loi Travail », pourtant bien peu ambitieuse mais essayant quelque peu d’améliorer le fonctionnement du marché du travail français, signifierait un retour au 19ème siècle ! Savent-ils qu’à l’époque les ouvriers et artisans travaillaient sept jours sur sept, souvent plus de huit heures par jour, dans des conditions dramatiques, et pour une bien piètre rémunération ? A les entendre, il faudrait brûler les entreprises, les banques et leurs dirigeants avec. Se souviennent-ils qu’une économie sans marché, sans entreprise privée, sans banque commerciale et sans capitalisme a déjà été tentée. Cela s’appelait l’URSS et s’est soldé par des millions de morts, la privation des libertés pour des millions de personnes pendant plus de soixante-dix ans et plusieurs générations sacrifiées. Est-ce cela que les insomniaques de « Nuit Debout » et/ou les partisans d’extrême-gauche souhaitent pour l’avenir de la France ? Certes, l’économie de marché et le système capitaliste sont loin d’être parfaits. Pourtant, plutôt que de les détruire et d’entrer dans un chaos dévastateur, ne serait-il pas plus opportun de les améliorer vers une plus grande efficacité et une plus grande justice sociale ? La réponse nous semble forcément positive. C’est dans ce but et également pour répondre à toutes les questions brûlantes des prochaines années que j’ai écrit mon nouveau livre « La fin d’un monde » (aux Editions du Moment), que je suis en train de finaliser. J’ai donc le plaisir de vous annoncer qu’il sortira le 25 août prochain et sera, je l’espère et grâce à vous, l’un des évènements de la rentrée économique. Merci encore pour votre fidélité.
L'humeur de la semaine - 26 mai 2016
Quelle tristesse ! Alors que la « loi travail » n’est qu’une réformette du marché du travail français (très loin de la refonte structurelle dont a besoin ce dernier), elle a réussi à générer une fronde massive et un mouvement de grèves, de manifestations et de blocage du pays impressionnant. C'est dire l’étendue de l’hermétisme de certains Français à la moindre réforme. Le problème est qu’au-delà de la tristesse qu’elle suscite, cette situation commence à coûter cher à l’économie française qui sort très péniblement la tête de l’eau depuis quelques trimestres. Pire, au regard des préavis de grève et des mouvements annoncés pour les prochains jours, nous ne serions qu’au début de nos peines… Raffineries bloquées, arrêts de travail dans les centrales nucléaires, manifestations un peu partout, et bien sûr grèves chez les contrôleurs aériens, dans les transports en communs et notamment à la SNCF. Lorsque sait qu’un jour de grève à la SNCF lui coûte environ 50 millions d'euros et génère à lui seul un manque à gagner quotidien de 400 millions pour l'ensemble de l'économie française, on peut imaginer l’ampleur des dégâts de l’ensemble de ces grèves et blocages. D’ici le début juin, le coût global devrait avoisiner les 8 milliards d’euros. Mais, au-delà de ces coûts directs, qui sont déjà exorbitants, le vrai coût de la grève est ailleurs. D'une part, il réside dans l'affaiblissement global de l'économie nationale. D'autre part, ce blocage va encore nuire à la piètre crédibilité de l'économie française en matière de capacité à se réformer. Au total, la France pourrait bien tomber dans une crise "à la grecque". Pour éviter d’en arriver là, il faut donc absolument arrêter la démagogie et devenir enfin responsable. Il ne s'agit pas simplement d'un problème de bras de fer entre le gouvernement et les syndicats ou encore de l'établissement de prévisions tronquées, mais de l'avenir de nos enfants…
Les analyses hebdomadaires
La sphère médiatico-politique française est décidément impressionnante : alors que la France est touchée par une vague terroriste meurtrière sans précédent, que son secteur du tourisme s’effondre comme jamais et que son économie au sens large est sur le point de retomber en récession, les médias, les politiques et une (trop) grande partie de la société française n’ont qu’un mot à la bouche : burkini. A croire qu’il s’agira là de la clé des prochaines élections présidentielles. De quoi rappeler la veille blague qui apparaît malheureusement de plus en plus vraie : « Pourquoi les Français ont-ils choisi le coq comme emblème ? C’est le seul animal capable de chanter les pieds dans la m…. » En fait, l’engouement pour ce type de vêtement ne s’arrête pas aux plages hexagonales. Il est effectivement ancré jusqu’au plus profond des discours et du comportement des dirigeants politiques français depuis de nombreuses années. Et pour cause : ces derniers adorent se voiler la face et utiliser tous types de voiles pour masquer la réalité à leurs concitoyens. Les chiffres du chômage de juillet, publiés le 24 août, nous en ont encore donné un exemple : le nombre de chômeurs de catégorie A a baissé de 20 000 personnes en France, mais celui des chômeurs toutes catégories a progressé de 10 900 personnes. Au total, la réalité demeure malheureusement dramatique, puisque sur l’ensemble du territoire français, on recense 3,761 millions de chômeurs de catégorie A et 6,513 millions de chômeurs toutes catégories, un nouveau record historique ! Le pire est que ce drame humain qu’est le chômage de masse est loin d’être terminé. Car, si les arrangements statistiques vont perdurer jusqu’au début 2017, les indicateurs avancés de l’activité économique française montrent que cette dernière est de nouveau en train de plonger. Et cela, même un burkini ne pourrait le cacher. Alors, comme je le défends dans mon nouveau livre « La fin d’un monde » (qui sortira le 22 septembre aux éditions « Hugo & Cie »), arrêtons de nous voiler la face. Employons-nous à faire les bons choix et à devenir des bâtisseurs qui ont compris que la fin d’un monde est avant tout le début de toutes les opportunités. Bonne rentrée à toutes à tous !
A suivre du 22 au 26 août :
- Mardi 23, 2h35 (heure de Paris) : quasi-stabilisation de l’indice Nikkei PMI dans l’industrie japonaise.
- Mardi 23, 9h : les indices Markit PMI repartent sous les 50 dans l’industrie et les services en France.
- Mardi 23, 9h30 : les indices Markit PMI reculent sensiblement dans l’industrie et les services en Allemagne.
- Mardi 23, 10h : les indices Markit PMI baissent également nettement dans l’industrie et les services dans la zone euro.
- Mardi 23, 14h30 : rebond correctif des commandes de biens durables aux Etats-Unis.
- Mardi 23, 15h45 : l’indice Markit PMI régresse légèrement dans l’industrie américaine.
- Mardi 23, 16h : l’indice de confiance des ménages recule encore dans la zone euro.
- Mercredi 24, 8h : confirmation du ralentissement mesuré de la croissance allemande au deuxième trimestre 2016.
- Mercredi 24, 18h : le chômage continue d’augmenter en France.
- Jeudi 25, 8h45 : les indices INSEE du climat des affaires dans l’industrie et dans l’ensemble des secteurs reculent nettement dans l’Hexagone.
- Jeudi 25, 10h : l’indice IFO du climat des affaires retrouve le chemin de la baisse en Allemagne.
- Jeudi 25, 15h45 : les indices Markit PMI « services » et « composite » reculent légèrement aux Etats-Unis.
- Vendredi 26, 1h30 : la déflation perdure au Japon.
- Vendredi 26, 8h : baisse modérée de l’indice GfK de confiance des ménages allemands.
- Vendredi 26, 8h45 : révision baissière de la croissance française du deuxième trimestre 2016.
- Vendredi 26, 8h45 : l’indice INSEE de confiance des ménages régresse encore en France.
- Vendredi 26, 10h30 : la croissance de 0,6 % du PIB britannique au deuxième trimestre 2016 est confirmée.
- Vendredi 26, 14h30 : confirmation de la croissance molle aux Etats-Unis au deuxième trimestre 2016.
- Vendredi 26, 16h : l’indice Reuters/Université du Michigan de confiance des consommateurs américains est révisé en légère baisse.